Menu

Au ciel ?

Au ciel

(photo © Josée Richard)

Une question me travaille depuis longtemps : où se trouve le ciel ? Je ne parle pas du firmament bien sûr, mais du ciel dont il est question dans les évangiles, celui où habite notre Père, là où nos noms sont inscrits et où Jésus nous invite à amasser un trésor.

Le ciel est-il un lieu ? Un temps ? Ou alors une sorte de réalité hors du temps et de l’espace ?
Lorsque mon père est mort, je me demandais : Où est-il ? Son corps sans vie est là, oui, mais lui, où est-il ? La foi me dit qu’il est vivant, mais comment le croire si je ne peux le situer, l’imaginer quelque part ?

Une expérience toute simple peut nous fournir un indice, je crois : ces sourires, rares, qui nous sont donnés parfois et qui semblent « descendre » tout droit du ciel. Ils ne portent pas pour autant la marque d’un ailleurs, mais ils sont juste vrais, beaux, joyeux et d’une authenticité désarmante ; pas de cynisme, aucune moquerie. Le mal ne semble pas avoir d’emprise sur ces sourires-là. Serait-ce cela, le ciel ? La patrie du beau, du vrai, de la joie, de ce qui ne peut être abîmé et qui se reçoit dans une relation ?

Une phrase de Marie Balmary (note) semble aller dans ce sens :

Le ciel, c’est le lieu où nous sommes quand nous cessons d’être invisibles les uns aux autre.

Autrement dit, le ciel adviendrait lorsque nous nous mettons à nous voir vraiment, à nous regarder réellement, à exister aux yeux des autres, à compter les uns pour les autres, autrement dit, à nous aimer. J’aime cette définition qui suppose que le ciel n’est pas une affaire individuelle : il n’y aurait de ciel que par et avec les autres.

L’image du ciel est belle, bien sûr : cela nous invite à regarder vers le haut et ouvre sur un espace infini. Ces aspects évoquent bien une réalité qui nous dépasse. Mais la limite de cette image est de situer le ciel en dehors de la terre. Or, le ciel n’est intéressant, à mon sens, que s’il s’incarne, s’il prend chair dans notre réalité terrestre. La vie goûte bon lorsqu’elle est pétrie de ciel, transfigurée par ce qui est sel-este, pour risquer un jeu de mots. N’est-ce pas d’ailleurs ce qui se produit à Noël ? Le ciel quittant sa demeure éternelle pour venir habiter avec nous, partager notre existence, nous faire fils et filles, frères et sœurs, donner à nos existences une profondeur et une saveur proprement célestes ? « L’enfer, c’est les autres ». Cette phrase de Jean-Paul Sartre est peut-être juste dans certaines circonstances. Mais il est tout aussi vrai de postuler que le ciel, c’est les autres, qu’il ne peut y avoir de ciel sans les autres !

Alors, c’est où, le ciel ? C’est ensemble, ici et maintenant.

Véronique Lang
Centre de spiritualité Manrèse


Note

Cité par Francine Carillo, D’un pas à l’Autre, Paris, Médiaspaul, 2020, p. 81.

 

Cette chronique vous propose de prendre quelques instants de réflexion à partir de différentes questions spirituelles, pour donner du souffle à votre vie quotidienne et à vos engagements.

Archives

2020

2019

2018

2017

2016

2015

2014

Index de Questions spirituelles

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription