Menu

Le chant de la joie

Joie

(photo © Depositphotos)

Pendant mon adolescence, certains membres du renouveau charismatique avaient une façon particulière de lutter contre la tristesse : il fallait lever les bras, louer Dieu et la joie allait être au rendez-vous! Or, la joie  ne se commande pas. Comme la compassion, elle nous surprend : jaillissant de l’intérieur, elle nous traverse, vient d’ailleurs…

La joie peut être causée par l’issue heureuse d’une aventure, la guérison, la visite d’un ami ou l’annonce d’une bonne nouvelle. Mais elle peut aussi survenir de façon inattendue : je prie, je marche ou, tout simplement, je fais mon travail quotidien et voilà que soudainement, une joie profonde envahit tout mon être. Plus étonnant encore, la joie peut accompagner une souffrance et être présente dans un moment difficile. C’est alors comme si un voile se déchirait et nous permettait de ressentir pendant quelques instants ce à quoi nous sommes appelés, chacun et chacune : vivre pleinement, habiter complètement l’ici et maintenant, goûter la joie profonde d’être des vivants.

Quelques instants seulement, car les grandes joies ne durent pas toujours; joies et tristesses alternent, consolations et désolations se suivent. Ignace de Loyola recommande de vivre ces temps non comme des ilots séparés, mais comme les étapes d’un chemin. Dans une partition de musique les mouvements rapides et joyeux cèdent la place à des moments plus lents ou plus graves. Mais que serait une symphonie qui ne comporterait que des allegros? Les parties plus tristes, largos et autres lagrimosos ne confèrent-ils pas une profondeur et une beauté particulières à l’ensemble d’une œuvre? D’ailleurs, les temps de désolation et de consolation ne sont peut-être pas aussi purs que nous voulons le croire : n’y a-t-il pas, dans chaque consolation, un soupçon d’ombre, et pareillement, les désolations ne recèlent-elles pas, si l’on y regarde de près, un peu de beauté?

La maturité permet de vivre les alternances inhérentes à toute vie spirituelle de façon de plus en plus unifiée; les hauts deviennent moins vertigineux, les bas moins profonds. La vie en deviendrait-elle plus « plate »? Bien au contraire, à travers cette unification, c’est le chant de la joie qui finit par se frayer un chemin, un chant qui chante par tous les temps, même dans la  désolation, car il est le signe et la signature de notre Dieu, ce Dieu qui habite toutes choses.

Véronique Lang
Centre spiritualité Manrèse

Cette chronique vous propose de prendre quelques instants de réflexion à partir de différentes questions spirituelles, pour donner du souffle à votre vie quotidienne et à vos engagements.

Archives

2018

2017

2016

2015

2014

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription