Menu

Au choix de la mule !

Le Magnificat de la coccinelle optimiste

(photo © Depositphotos)

Dans le récit que le Père Louis Gonçalvez a recueilli de la bouche d’Ignace de Loyola, ce dernier a raconté une expérience inédite et de laquelle, avec le recul du temps, Ignace semblait lui-même se moquer. Ignace raconte que, alors qu’il cheminait vers Montserrat, chevauchant une mule, il fut rejoint pas un Maure. Alors, ils entamèrent une conversation. Avec le zèle du nouveau converti, Ignace entraîne vite son compagnon de route sur des sujets relatifs à la foi. Avec une certaine bonhomie, le Maure exprima des opinions au sujet de la Vierge Marie qu’Ignace trouva injurieuses. Fatigué de ces querelles dogmatiques, le Maure quitta rapidement Ignace.

Éveillé depuis peu aux mouvements spirituels intérieurs, Ignace fut troublé. Pourquoi avait-il laissé cet homme dire des choses offensantes sur la Vierge Marie? Devait-il s’en prendre à lui physiquement pour lui faire ravaler ses paroles? « Demeurant longtemps dans le combat intérieur de ses désirs, il resta dans le doute sans savoir ce qu’il était obligé de faire. »

Comme il connaissait la destination où se rendait le Maure et qu’il arrivait à une croisée de chemins, il décida de laisser sa mule choisir le chemin à prendre. Si elle choisissait de prendre le même chemin que le Maure, Ignace y voyait donc un signe qu’il devrait châtier le Maure. Heureusement, la mule prit l’autre chemin. En racontant ce fait, Ignace prit la précaution de dire à son interlocuteur que « son âme était encore aveugle, bien qu’elle eût de grands désirs de servir » le Seigneur.

Il semble bien qu’Ignace apprit de cette expérience qu’on ne peut pas toujours décider à partir de signes extérieurs à soi. Supposons que la mule eut pris l’autre chemin, que serait-il advenu du Maure et de son assaillant? Tirant expérience de cette aventure et de bien d’autres, Ignace sentit que l’Esprit pouvait le guider à prendre des décisions éclairées par le discernement des esprits, des décisions par lesquelles il découvrait intérieurement comment Dieu le guidait vers une plus grande liberté. Son journal spirituel nous indique bien comment, avant de prendre une décision importante, Ignace portait attention aux mouvements intérieurs qui l’habitaient. C’est à partir de la relecture de ses propres expériences de discernement qu’Ignace nous a transmis cette manière de découvrir la volonté de Dieu, une manière où l’attention à nos désirs les plus profonds nous met en lien avec le désir même de Dieu.

Aujourd’hui encore, comme Ignace sur sa mule, bien des personnes comptent sur des signes extérieurs pour guider leur vie et prendre des décisions importantes. Le risque est de ne plus se retrouver dans ces décisions, d’être toujours à l’affut de signes pouvant nous diriger dans un sens ou dans un autre ou de ne pas intégrer nos décisions avec l’enthousiasme nécessaire pour aller jusqu’au bout. Sans doute, les signes extérieurs peuvent-ils avoir valeur de confirmation mais ils ne peuvent diriger nos vies.

Jean-Marc Biron, sj
Centre de spiritualité Manrèse

Cette chronique vous propose de prendre quelques instants de réflexion à partir de différentes questions spirituelles, pour donner du souffle à votre vie quotidienne et à vos engagements.

Archives

2018

2017

2016

2015

2014

Index de Questions spirituelles

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription