Menu

Relecture de la mort d’une amie

La vie, la mort

(photo © Depositphotos)

Mon amie Huguette est décédée, il y a quelque temps. Atteinte d’un cancer insoupçonné dont on venait de lui apprendre la fatalité imminente, elle s’apprêtait à suivre sa fille unique à Montréal. Celle-ci l’amenait vivre, en compagnie de sa petite famille, les derniers moments de ses 75 ans de vie sur cette terre.

« Je mets la clé sous la porte. Je ne sais si je reviendrai… ».

Mon amie m’informait ainsi par téléphone de son départ précipité, lucide et consenti. Elle quittait sa maison, son espace familier et s’avançait vers un avenir écourté, inconnu et éventuellement sans retour.

Ses derniers mots continuent de résonner en moi, quelques mois plus tard. Ils me parlent de dépendance, de fragilité, d’imprévisibilité. Et de liberté dans l’abandon. Des concepts qui détonnent dans la culture actuelle de l’autonomie, de l’indépendance et de la recherche de sécurité. Quel que soit notre âge, n’aspirons-nous pas à nous suffire à nous-mêmes et à contrôler notre avenir?

Il semble pourtant que jamais nous n’aurions été aussi fragiles et démunis. Jamais nous n’aurions été confrontés, en tant qu’êtres humains, à une situation à ce point extrême de précarité : la planète Terre et tous les êtres vivants qui habitent « cette maison commune » sont en danger. En effet, nous en faisons l’expérience quotidiennement, le lien d’interdépendance est manifeste entre la nature, l’environnement et l’humain; tout est lié. Aussi, notamment pour le pape François, un impératif s’impose et peut faire la différence dès à présent : la dimension relationnelle de la vie, c’est-à-dire l’alliance à établir et à vivre avec nos frères et sœurs en humanité et avec la création tout entière.

Mon amie aura vécu dans une conscience vive de la dimension relationnelle de sa vie. Ses engagements familiaux et caritatifs résumaient ce qui était devenu pour elle l’essentiel. Sa maison abondamment fleurie était chaleureusement grand ouverte. Et, depuis la retraite de son travail, elle distribuait les repas du midi au nom de la Popote roulante et se prêtait, joyeuse, à l’accompagnement des personnes aveugles dans leurs courses hebdomadaires. À la liturgie de ses funérailles, on a rendu témoignage à la simplicité de sa vie, tout entière dévouée au service de l’amour des autres, ses frères et sœurs en humanité.

« Je mets la clé sous la porte. Je ne sais si je reviendrai… »

Elle a  quitté cette terre un matin d’été sans être jamais revenue sur ses pas. Mais attendue et accueillie chez Dieu qui l’a reçue les bras ouverts, sa fille bien-aimée, amoureuse comme Lui des humains, spécialement des plus faibles, capable avec Lui de leur rendre encore possible de relever la tête et de faire confiance en demain.

Charlotte Plante
Centre de spiritualité Manrèse

Cette chronique vous propose de prendre quelques instants de réflexion à partir de différentes questions spirituelles, pour donner du souffle à votre vie quotidienne et à vos engagements.

Archives

2018

2017

2016

2015

2014

Index de Questions spirituelles

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription