Menu

Un maître exigeant, mais bienveillant

Matthieu 10, 37-42
13e dimanche du Temps ordinaire
28 juin 2020

FAire semblant de…

(photo © Depositephotos)

Dans la première partie de la lecture d’aujourd’hui (Matthieu 10,37-38), Jésus affirme que nous ne sommes pas dignes de lui si nous ne l’aimons pas plus que nos parents et nos enfants et si nous ne portons pas sa croix, qui est le symbole par excellence du reniement de soi. Dans l’Ancien Testament, Dieu demandait qu’on l’aime de tout notre cœur, de toute notre âme et de toute notre force (Deutéronome 6,5). Mais voici que Jésus exige beaucoup plus.

La dureté de ce passage peut être surprenante pour ceux qui pourraient croire que Jésus est un maître bonasse et laxiste, qui prend à la légère les exigences de la Torah, parce qu’il fréquente les pécheurs (Matthieu 9,9-13), parce qu’il permet à ses disciples de cueillir des épis le jour du sabbat (Matthieu 12,1-8) et parce qu’il ne demande pas qu’ils se lavent les mains avant les repas (Matthieu 15,1-2). Au contraire, Jésus est très exigeant. Il ne se gêne pas pour invectiver ceux qui observent en surface les lois de l’Ancien Testament et demande à ses disciples de comprendre les fondements de ces règles venant de Dieu et de s’engager totalement. Nombreux sont les passages du Nouveau Testament, en particulier dans l’évangile de Matthieu, où Jésus s’avère être particulièrement exigeant envers ses disciples (voir par exemple Matthieu 5,22.29-30.39-42.44 ; 16,24 ; 18,6). Être disciple de Jésus n’est définitivement pas une tâche de tout repos!

Mais, immédiatement après ces paroles sévères, Jésus rassure ses disciples en garantissant qu’aucun geste d’accueil ou de miséricorde à leur endroit ne sera oublié (Matthieu 10,39-42 ; voir aussi Matthieu 19,27-30 ; 25,34-36). Oui, Jésus est extrêmement exigeant envers ceux et celles qui décident de le suivre. Et certaines de ces exigences peuvent demander un sacrifice personnel et un reniement de soi aussi difficile que de faire passer en deuxième place une chose aussi naturelle et forte que l’amour que nous avons pour nos parents et nos enfants. Mais le fruit de l’engagement en profondeur que Jésus demande dépasse incommensurablement tous les efforts exigés. Car il sera attentif aux moindres détails touchant ses disciples et se souviendra du plus petit geste posé pour le plus petit d’entre eux.

Francis Daoust, bibliste
Directeur de la Société catholique de la Bible (SOCABI)

 

Échos de la Parole
Année B  (en cours)
Visuels et extraits

ARCHIVES

Échos de la Parole (2019-)
Année A
Visuels et extraits A

Échos de la Parole (2016-2019)
Année A • Année BAnnée C 
Visuels et extraits B C

Échos de la Parole (2013-2016)
Daniel Cadrin
Année A • Année B • Année C

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription