Menu

Il y a tant à faire

Matthieu 21, 28-32 : 26e dimanche du temps ordinairet (Année A)

Nos agendas se remplissent vite. Les demandes et invitations, venant de visages connus et de figures anonymes, attendent notre réponse. Participer à la réunion d’un comité, visiter un malade, aller à une fête de famille, donner un témoignage, se rendre à un rendez-vous médical, aider quelqu’un à déménager, chanter dans la chorale, rédiger un article, … Sans compter ce que nous demandons de nous-mêmes : une marche quotidienne à prendre, des lectures et émissions à ne pas manquer, une attention soutenue à chaque personne rencontrée, un vrai temps de méditation à assurer, un ménage dans nos fichiers, …

Oeuvre de Nelly Bude

Oeuvre : Deux fils, Nelly Bube, Kazakhstan

Évidemment, en pratique, nous ne répondons pas à plusieurs de ces demandes. Nous répondons oui par habitude, pour faire plaisir, ou parce que vraiment nous prévoyons nous engager, mais … Ou encore nous répondons non, sans trop y penser, ou pour calmer notre thérapeute intérieur qui a bien insisté sur l’affirmation de notre autonomie. De plus, quelque résidu de bon sens nous porte à admettre qu’il n’est pas possible dans le temps de répondre à toutes ces demandes. Un choix doit être fait, distinguant l’important de l’urgent. Mais ensuite, que faire? Si le temps est notre bien le plus précieux, sa gestion demeure une tâche impossible, incessante, qui de plus nous prend de ce temps si précieux!

Nous pouvons facilement nous reconnaître dans les deux fils de la parabole. Le premier dit non à la demande du père. On le comprend. Il risque de manquer un festin d'agneau, sa blonde arrive demain matin, l’entrée n’est pas pelletée … Alors, la vigne peut attendre. Mais finalement, il y va. Qu’est-ce qui l’a amené à modifier ses prévisions? Peut-être a-t-il réussi à mettre en pratique la distinction entre l’important et l’urgent; ou la vigne est à la fois importante et urgente. Et son père a peut-être vraiment besoin de lui. Il est dit que ce fils s’est repenti, c’est-à-dire il s’est converti. Son horizon s’est transformé : il ne voit plus le monde de la même manière et il agit en conséquence. Le deuxième fils répond oui à la demande du père. Nous le comprenons : c’est ce que nous faisons si souvent, et sincèrement. Mais voilà qu'un ensemble de circonstances l’ont empêché de se rendre à la vigne : la circulation était bloquée, il a été invité à un festin d’agneau, il voulait rencontrer la blonde de son frère, on annonce une tempête, … Et puis, son père n’a pas vraiment besoin de lui et cette vigne n’est pas si urgente; elle est importante, sûrement, mais l’important peut toujours attendre.

Dans ce récit, Jésus parle d’enjeux religieux : il est question de vigne, une symbolique qui, dans les Écritures, évoque le peuple et la mission; de faire, un verbe central en Matthieu (cf. Mt 7,21; 25, 40); de conversion et de croire à la parole; de justice et de Royaume. La parabole est encadrée par deux questions de Jésus (v.28.31), s’adressant directement à ses auditeurs : Que pensez-vous de ceci? Qui a fait la volonté du père? Il ne s’agit pas seulement d’entendre la parabole; elle sollicite une réponse personnelle. Les auditeurs donnent d’ailleurs la bonne réponse, même si cela ne suffit pas. Puis (v.31) Jésus applique la parabole à la situation et aux personnes du milieu ambiant; cette petite histoire se passe aujourd’hui. Enfin (v. 32), il explicite sa réflexion. Or les auditeurs de Jésus sont ici les grands-prêtres et les anciens, des personnages impressionnants et puissants. Ils font partie de la parabole : ils sont comme le deuxième fils, celui du oui qui n’agit pas, alors que les publicains et prostituées, figures sociales marginales, sont comme le premier fils, celui du non qui s’engage. Les questions de Jésus s’adressent aussi à nous. Nous pouvons poursuivre l’actualisation de cette parabole. Elle peut nous inviter à réfléchir sur nos listes de demandes, auxquelles dire oui ou non. Évidemment, une fois nos priorités identifiées avec justesse, il nous reste encore à faire …

Questions pour la réflexion :

Quelle demande actuellement requiert de ma part une réponse active, parce que des enjeux cruciaux y sont présents?

Malgré son apparence ordinaire, quelle sollicitation m'appelle à une sorte de conversion et à croire en la Parole?

Daniel Cadrin, o.p.

Échos de la Parole
Année A  (en cours)
Visuels et extraits

ARCHIVES

Échos de la Parole (2016-2019)
Année A • Année BAnnée C 
Visuels et extraits B C

Échos de la Parole (2013-2016)
Daniel Cadrin
Année A • Année B • Année C

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription