Menu

Fini la carte-soleil!

Marc 16,15-20
Ascension
13 mai 2018

Illustration Steve Quirion

(Illustration © Steve Quirion, site web : Récit Univers social)

En mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s'ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s'en trouveront bien. (Mc 16,17-18)

Le récit de l’Ascension chez Marc permet d’entrer dans la dimension symbolique des évangiles. Ces versets décrivent des signes accompagnant les missionnaires. Avec de tels prodiges, personne ne nécessiterait la carte-soleil puisque les maladies, les accidents seraient chose du passé! Il semblerait que la foi des premières communautés chrétiennes était si grande qu’elle accomplissait des miracles de guérisons et de transformation.

Il convient de faire preuve de prudence dans l’interprétation de cette seconde finale de Marc note 1. Ce récit brosse un portrait idyllique des premières personnes missionnaires. Il n’y a pas eu d’âge d’or du christianisme note 2 ni de différence majeure entre les premières générations et les suivantes. Les disciples cherchaient, tout comme les croyantes et les croyants d’aujourd’hui et à travers la complexité de l’expérience humaine, à comprendre le même mystère pascal.

Un regard symbolique

Ce passage correspond à ce qui est considéré comme d’une hyperbole. Autrement dit, ces versets représentent une forme de parabole où le ton et le vocabulaire très radicaux visent à marquer fortement l’expression d’un message note 3.

Ce texte souligne deux enjeux primordiaux. Le premier rappelle l’importance de l’envoi en mission des disciples, en tant que communautés plurielles ne concernant pas que les êtres humains : « Allez, par le monde entier, proclamez l’Évangile à toute la création ». Comme le souligne André Beauchamp : « On peut signaler ici la dimension écologiste de cet envoi à toute la création, et non seulement aux êtres humains. Il y a une dimension cosmique du salut qui semble ici évoquée »note 4. Cet envoi en mission concerne l’ensemble des communautés chrétiennes tant celles du passé, du présent que celles de l’avenir.

Extrait

Le second enjeu lié à cet envoi est relié à la confiance envers le Christ. Le passage, en employant des figures extraordinaires, n’enferme aucunement dans une recherche de sensations spirituelles associées au merveilleux. Il insiste sur la croyance chrétienne que le Ressuscité est au cœur de l’histoire du monde. Cela peut se traduire concrètement par une invitation aux disciples actuels à poursuivre la construction du « Royaume de Dieu ». Royaume qui vise la justice sociale, écologique, l’équité, l’égalité entre les personnes et les genres et les relations empreintes d’amour.

Patrice Perreault
Granby

 

NOTES

Note 1. Il est en général reconnu que ce passage est un ajout postérieur à la finale originale de cet évangile. Celui-ci se clôturait avec le verset 8.  L’évangile de ce dimanche représente une finale reconstruite des autres évangiles et des Actes des apôtres dont il constitue un résumé. Ce passage s’appuie grandement sur la finale de Luc et des éléments de Jean.  Cette finale fait écho à la manifestation du Ressuscité à Marie-Madeleine (Jn 20,14-18 correspondant à Mc 16,9-11) et celle aux disciples d’Emmaüs (Lc 24,13-35 correspondant à Mc 16,12-13). De même que les versets 14-19 mentionnent des éléments du merveilleux présents dans les Actes (comme des langues nouvelles en Ac 2,5-12; des guérisons comme en Ac 14,10)  sont mentionnées indiquant ainsi le caractère tardif de la seconde finale de l’évangile qui daterait du milieu du second siècle de notre ère.

Note 2. Voir par exemple Gal 2,11-14.

Note 3. Par exemple,  ce passage se doit d’être interprété à l’instar de celui du chapitre 9,43 : « Et si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la. Mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie éternelle ». Personne ne songe sérieusement à prendre au pied de la lettre ce texte.

Note 4. André Beauchamp s’appuie sur cet ouvrage : Hélène et Jean Bastaire, Le salut de la création. Essai d’écologie chrétienne, (Coll. Voie spirituelle),Paris, Desclée de Brouewer, 1996, p. 88 cité dans André Beauchamp, Comprendre la Parole. Commentaires biblique des dimanches année B, Ottawa, Novalis, 2008, p.204.


Échos de la Parole (2017-2018)
Année B Année A 
Extraits des textes

Billet d’évangile (2016-2017)
Auvidec Média
Année CAnnée A

Échos de la Parole (2013-2016)
Daniel Cadrin
Année A • Année B • Année C

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription