Menu

Qui sommes-nous pour être si follement aimés?

Jean 3, 16-18 : Dimanche de la Très Sainte Trinité (Année A)

Dieu aime le monde! Tellement! Il donne son Bien-aimé pour qu’il soit son « je t’aime » sur toute route humaine, à toute plage du temps, dans toute langue! Il le donne aux mendiant-e-s de tendresse, aux personnes qui n’en peuvent plus d’être jugées, condamnées même, dans un univers pourtant « rempli de son amour »!  Il le donne aux pauvres, aux riches! Aux poqués de l’existence! Aux impeccables aussi! Le Dieu de l’Univers que nous prions ne sait que respirer en: « Je t’aime »!

« Je t’aimais. Je t’aime. Je t’aimerai. Il ne suffit pas d’une chair pour naître. Il y faut aussi cette parole. Elle vient de loin… Ce n’est pas nécessaire de connaître la Bible  pour l’entendre. Ce n’est pas nécessaire de croire en Dieu pour être vivifié par son Souffle. Cette parole imprègne chaque page de la Bible, mais elle  imprègne aussi bien les feuilles des arbres… Bien avant que tu sois né. Bien après la fin des temps. Je t’aime dans toutes éternités. » [1]

Si seulement nous nous laissions aimer! Sans résistance! Sans remettre à plus tard! Sans mérites ni raison! Nous avons tellement besoin d’être aimés! Quand des personnes consentent spontanément à échanger tout bonnement un pauvre amour, c’est tellement bon! Comme si rien ne gênait leur généreuse nature. On expérimente cela dans les foyers de l’Arche et dans certaines familles! Les personnes trisomiques sont de purs réflexes d’amour. Elles courent, confiantes, donner leur tendresse, et mangent toutes les miettes de retour! Elles vous tournent à l’envers les gens crêtés dans leurs atours, leurs réserves!  Dieu aurait-il quelque chose d’un enfant trisomique! 

Comment comprendre certains sentiments que nous prêtons à Dieu sans le faire à partir de l’amour? Sans connaître les élans de l’amour, sans en expérimenter aussi l’impuissance? Comment comprendre, par exemple, la colère attribuée à Dieu sans avoir senti, éprouvé la douloureuse limite de l’amour! Un père de famille s’est présenté chez moi en colère contre sa fille. « Je la battrais, qu’il criait presque, j’ai tout donné pour qu’elle mange; elle refuse net!… Elle va mourir et je ne peux rien pour la sauver! Ça me fait tellement mal! ». Et il éclata en sanglots. C’est cela l’impuissance de l’amour! Quelle amoureuse colère! Comme Dieu doit se sentir démuni devant nos résistances à nous laisser aimer alors qu’il donne son Fils, tous ses fils et ses filles, pour que nous soyons sauvés, les uns par les autres, de nos mortelles carences d’amour! Que dire de plus! Faut-il voir Dieu pleurer pour croire qu’il aime! Eh bien! Il pleure, Dieu! Ses larmes coulent sur tant de visages! Que d’amour perdu faute d’être reçu!

J’aime cette prière du père Raymond Bujold, c.s.c , qui vit maintenant où « l’amour loge ». Je l’offre à qui attend peut-être ses mots : « Seigneur Jésus, je sais et je croix que tu m’aimes. Entre tes mains, je remets ma vie, toute ma vie. Tu peux m’aimer, j’en ai tellement besoin! »

[1] Christian Bobin, Le Très-bas, Gallimard 1992, pp.15-16.

Rita Gagné, ursuline

Échos de la Parole
Année A  (en cours)
Visuels et extraits

ARCHIVES

Échos de la Parole (2016-2019)
Année A • Année BAnnée C 
Visuels et extraits B C

Échos de la Parole (2013-2016)
Daniel Cadrin
Année A • Année B • Année C

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription