Menu

Le pain qui fait vivre

Jean 6, 51-56 : Dimanche du Saint-Sacrement (Année A)

Toute vie humaine est un pèlerinage, un chemin, un passage. Que l'on marche seul ou en couple, la route est longue et ponctuée d'obstacles. À certains moments, nous aimerions mieux nous arrêter au bord du chemin et pleurer de désespoir. Pour repartir et bien tenir le rythme, il y a Jésus, « le pain vivant qui est descendu du ciel » (Jn 6, 51). Ce n’est pas magique, mais ça dynamise. Son message est clair : « Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie » (Jn 6, 51).

Nous disons alors : « Seigneur, donne-nous de ce pain-là, toujours » (Jn 6, 34). Parfois, c’est le scandale, le drame, et nous doutons : « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger » (Jn 6, 52)? Pourtant, c’est à l’Eucharistie que tout nous est donné pour « repartir du Christ ». Il est le vivre et le couvert, la parole et le silence, le chemin et l’espérance. Qu’il est grand ce mystère de la foi : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle; et moi je le ressusciterai au dernier jour » (Jn 6, 54).

Avec la solennité du Corps et du Sang du Christ, appelée aussi la Fête-Dieu, nous prenons conscience de l’importance de l’Eucharistie qui nous introduit dans la vie même de Dieu. Quelquefois, il nous arrive d’y participer la tête pleine de préoccupations, le cœur sec, les mains vides. Nous nous unissons tant bien que mal au sacrifice du Christ. Qu'importe, puisqu'il nous prend à sa table tels que nous sommes. Il nous sert lui-même son pain qui fait vivre. Il nous héberge dans sa vie. Nous devenons « eucharistie », écrivait le poète Patrice de La Tour du Pin.

Ce pain vivant descendu du ciel change celui qui le mange, sans qu'il s'en aperçoive. C'est le corps du Christ livré pour la vie du monde. Il rend notre cœur affamé d'amour, à l'image du cœur de Dieu qui brûle de se communiquer à tous. Ce pain unit la terre et le ciel, l'enfant et Dieu. « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui » (Jn 6, 56). Ayant participés à ce repas pascal, nous sommes un même corps avec le Christ, nous devenons des « Christophores », c’est-à-dire des porte-Christ pour la vie du monde.

Le pain est meilleur lorsqu'il est partagé. Tel le pain vivant rompu en Église. Il nous fait vivre de la vie même de la Trinité. S'il est le pain des anges, il est surtout le pain des pauvres. Il y a assez de blé sur la terre pour que le corps de Dieu ne manque à personne. À nous de semer le bon grain dans le champ du monde. Durant cet été, tenons maison ouverte et table offerte!

Jacques Gauthier, théologien et auteur

Échos de la Parole
Année A  (en cours)
Visuels et extraits

ARCHIVES

Échos de la Parole (2016-2019)
Année A • Année BAnnée C 
Visuels et extraits B C

Échos de la Parole (2013-2016)
Daniel Cadrin
Année A • Année B • Année C

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription