Menu

Le lendemain, il voit Jésus venir à lui et dit : Voici l’agneau qui enlève le pêché du monde

Luc 2, 16-21 : 2e Dimanche du temps ordinaire (Année A)

Cette nouvelle année commence avec des questions longues et difficiles, parfois insolubles. Comment Jésus peut-il être à la fois homme, fils de Dieu et Dieu lui-même comme nous le répéterons dans nos liturgies. Dieu au quotidien et horizon fait problème dans les jours intenables. De plus il enlève le pêché du monde. Dans la violence et l’insécurité montante, il est difficile à comprendre.

Les rencontres que nous faisons sont souvent simples et uniques. Un psychologue américain aimait dire que tout se passe dans les premiers mots échangés entre deux personnes. Nous ne nous en rendons compte que plus tard quand les événements nous amènent à retourner vers la première fois où nous en avons fait la connaissance. Le plus souvent c’est bien bien plus tard. J’ai eu le grand plaisir d’accompagner intensivement une personne pour quelques jours à Montréal. Don Helder Camara restera une pierre d’angle toute ma vie. Il avait une telle intensité et nature de vie que vous pouviez lui poser toutes les questions les plus secrètes. Il avait un deuxième et troisième regard immédiat qui vous restera. Du plus simple au plus profond et au-delà !

Ce matin Jésus vient à Jean-Baptiste non pour être baptisé comme dans les autres Évangiles, mais être reconnu dans la plus grande intimité; l’agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde. Nous connaissons fort bien l’expression chaque fois qu’elle est reprise dans la prière eucharistique. Si elle rejoint la personne et la communauté qui le dit, elle va beaucoup plus loin dans l’histoire de Dieu avec nous. N’est-ce pas l’agneau qui était préparé à la veille du grand départ au pays de la mort en Égypte puis le serviteur souffrant et repris à la veille de la Pâques de Jésus lui-même. L’agneau qui donne la vie.

La voix le nomme et insiste pour dire que cet Esprit va demeurer en nous. L’Évangile de Jean a le don de tout dire dès les premiers mots, comme la passion de St-Jean chez Bach. En deux minutes de son prologue, il nous donne tout ce qu’il faut croire et espérer dans la vie nouvelle donnée en Christ.

Les temps nouveaux commencent avec l’année dite ordinaire. Mais l’extraordinaire y est déjà caché et promis. Comme les premiers mots échangés, ils donnent le poids et la vie qui peut faire du sens aujourd’hui. Souhaitons-nous une année profonde et nourries. Dieu nous parle-t-il directement par le Christ demeurant toujours en nous sans le reconnaitre comme Jean-le-Baptiste le fait pour nous ce matin ?

Jean Porret, pasteur de l’Église presbytérienne au Canada

Échos de la Parole
Année A  (en cours)
Visuels et extraits

ARCHIVES

Échos de la Parole (2016-2019)
Année A • Année BAnnée C 
Visuels et extraits B C

Échos de la Parole (2013-2016)
Daniel Cadrin
Année A • Année B • Année C

 

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription