Menu

 

L'étoile de Noël

Giotto,

(visuel©depositphotos)

Noël est omniprésent dans plusieurs éléments de la férie des Fêtes : cinéma, littérature note 1, traditions folkloriques, chansons populaires et décorations. Et parmi les décorations, l’étoile de Noël est souvent en évidence au sommet des sapins. Mais que représente cette étoile? Quelles significations revêt-elle? Nous proposons quelques clés de lecture pour mieux saisir la symbolique de l’étoile de Noël.

Un astre mystérieux

Dans l’Antiquité, les étoiles décrivent divers phénomènes astronomiques : comètes, météorites, novæ, supernovæ, ou conjonctions de planètes. À l’époque, le ciel est considéré comme le lieu de résidence des divinités et des forces associées au surnaturel. Les astres manifestent visiblement la présence d’êtres célestes note 2. On perçoit aussi les étoiles comme des lampadaires allumés par des divinités mineures ou des anges afin d’éclairer la nuit. Pour marquer des événements historiques majeurs, des signes célestes dévoilent un heureux présage ou indiquent qu’une catastrophe approche. La présence de mages dans le récit de Matthieu est donc liée à celle de l’étoile. Les mages sont des astrologues capables d’interpréter le sens des manifestations cosmiques.

En ce qui concerne les grandes figures historiques, comme Alexandre le Grand par exemple, il était d’usage d’associer l’apparition d’une étoile à la naissance d’un grand personnage. Dans ce contexte, on ne s’étonnera pas qu’un astre apparaisse à la naissance de Jésus de Nazareth. Pour Matthieu, l’étoile correspond à l’ange dans le récit de Luc (voir Matthieu 2,1-12 et Luc 1,26-38). En d’autres termes, l’étoile devient le héraut de l’annonce de la naissance de Jésus et tient le même rôle que les anges en Luc 2,8-14.

Une espérance plurielle

Depuis des siècles, plusieurs chercheurs ont élaboré une explication scientifique au phénomène céleste décrit dans l’Évangile. Johannes Kepler a par exemple calculé qu’il s’agissait d’une conjonction de planètes. Cet événement se serait produit en -7 de notre ère. Mais tenter de cerner le phénomène astronomique est une fausse piste. Une telle approche nous fait glisser dans une forme de concordisme favorisant une lecture littérale du récit.

L’auteur du premier Évangile ne s’intéresse pas à l’astronomie ni à une chronique détaillée de la naissance de Jésus. L’étoile est, pour Matthieu, un symbole qui s’inscrit dans une catéchèse cherchant à apaiser les tensions au sein de sa communauté : l’exclusion du judaïsme des groupes chrétiens et l’accueil des païens dans la communauté chrétienne. C’est la raison pour laquelle l’auteur se réfère à Nombres 24,17 – « De Jacob monte une étoile » – pour illustrer l’accueil du messie par les nations note 3.

Dans le récit de la visite des mages, l’étoile exprime donc l’universalité du salut. Cet universalisme a même pris la forme, par le développement de la tradition, de figures royales provenant de divers lieux. Gaspard, Balthasar et Melchior représentent l’ensemble de l’humanité dans toute sa diversité note 4.

La présence de l’étoile dans la narration attire également l’attention sur l’espérance et la liberté qui peuvent se trouver au cœur de la nuit. À la différence de la croyance populaire de l’époque, le destin n’est pas déterminé par les astres, mais par la liberté. Pour les chrétiens, elle se construit peu à peu en choisissant d’adhérer au Christ. Cette conversion est symbolisée dans le récit par le fait d’emprunter un autre chemin (Mt 2,12). D’ailleurs, l’étoile révèle que la paix, la solidarité et la fraternité passent souvent par des chemins inédits ouvrant à la vie, à la fraternité et à la paix.

Patrice Perreault, bibliste
Granby

Notes

1. Voir par exemple le film Stardust, 2007.

2. Traduction provenant de la TOB, version intégrale, 2010.

3. Les textes ultérieurs développent le motif de l’étoile. Par exemple, le Protoévangile de Jacques, l’illustrent fort bien. Mais ce n’est qu’au Moyen-Âge que les mages deviennent des rois et sont au nombre de trois (nombre inféré par les trois présents offerts) et reçoivent des noms. Voir le texte de Guylain Prince : « Le nom et le pays d’origine des mages ».
http://www.interbible.org/interBible/decouverte/comprendre/2000/clb_000128.htm

4.Voir la nouvelle d’Arthur C. Clarke, L’Orchidée récalcitrante suivie de L’étoile, Paris, Bragelonne, 2013.

 

 

SAC

Ouvrir les Écritures

Bible 101

Bible et catéchèse

Ligne du temps

Ressources / Suggestions

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription