Menu

 

Petite histoire du mot « Bible »

Bible latine ou Vulgate imprimée en 1495

Bible latine ou Vulgate imprimée en 1495 (photo : Bible Society)

À l’origine, le mot grec biblos désignait le papyrus sur lequel on écrivait... qui provenait de la ville de Byblos. Avec le temps, le mot biblos fut utilisé davantage pour parler de ce qui était écrit, moins du support lui-même. Dans la culture biblique, le pluriel hierai bibloi visera l’ensemble de l’Ancien Testament. Pour les Pères de l’Église des premiers siècles, ta biblia renvoie à l’ensemble des livres de l’Ancien et du Nouveau Testament. Cette expression grecque passa au latin, où elle devint un nom féminin singulier : au lieu de parler des livres (ta biblia, féminin pluriel en grec), on parla alors du livre (biblia, féminin singulier en latin). Le mot français « Bible » traduit donc ce biblia latin. En somme, la Bible, c’est le livre des livres.

Ce qu’on y retrouve

La Bible se révèle en fait comme une bibliothèque extraordinaire contenant environ 73 livres écrits dans des contextes très différents [1].

La première partie de la Bible se nomme Ancien Testament. Cette section, écrite majoritairement en hébreu, se subdivise en trois parties : la Torah, les prophètes et les autres écrits. La Torah, aussi appelée Pentateuque, présente le cœur de la foi juive. Elle est formée des cinq premiers livres de la Bible. La section des prophètes comprend les livres prophétiques, mais aussi ceux qui racontent l’histoire du peuple hébreu depuis l’installation d’Israël en Canaan jusqu’à son exil à Babylone. Enfin, les autres livres incluent les psaumes et les écrits de sagesse.

La deuxième partie de la Bible se nomme Nouveau Testament. Écrite en grec, elle comprend d’abord les quatre évangiles proposant des récits sur Jésus, sa vie, ses actions, son enseignement et sa mission. Le Nouveau Testament comprend aussi les Actes des Apôtres qui racontent la naissance des premières communautés chrétiennes, de même que plusieurs lettres des premiers leaders chrétiens à leurs communautés respectives, et enfin L’Apocalypse.

Aucun ouvrage n’a obtenu un tirage aussi important et aussi constant au fil des siècles. La Bible a inspiré d’innombrables œuvres d’art et façonné la culture occidentale. Pourtant, c’est souvent le livre qui accumule le plus de poussière dans nos bibliothèques. Espérons que cette chronique donnera le goût de la lire et de mieux la comprendre.

Sébastien Doane, bibliste
Office de catéchèse du Québec

[1] Le nombre (et l’ordre) de livres diffère selon la traduction. Ainsi la liste des livres bibliques des Églises catholique, protestante et orthodoxe présentent quelques différences les unes par rapport aux autres.

 

SAC

Ouvrir les Écritures

Bible 101

Bible et catéchèse

Ligne du temps

Ressources

 

Office de catéchèse du Québec

Organisme mandaté par l’Assemblée des évêques catholiques du Québec, l’Office de catéchèse du Québec est une référence et offre des ressources en formation à la vie chrétienne.

Tous droits réservés

Coordonnées

2715, ch. de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal (Québec) H3T 1B6
Téléphone 514-735-5751
Télécopieur 514-735-8334
Courriel : ocq@officedecatechese.qc.ca
www.officedecatechese.qc.ca

Inscrivez-vous

Notre liste denvoi vous informe des nouvelles publications et du développement de notre site web.

Inscription